Poème d’Anatole France –  » Les CERFS « 


Les cerfs

Aux vapeurs du matin, sous les fauves ramures
Que le vent automnal emplit de longs murmures,
Les rivaux, les deux cerfs luttent dans les halliers :
Depuis l’heure du soir où leur fureur errante
Les entraîna tous deux vers la biche odorante,
Ils se frappent l’un l’autre à grands coups d’andouillers.

Suants, fumants, en feu, quand vint l’aube incertaine,
Tous deux sont allés boire ensemble à la fontaine,
Puis d’un choc plus terrible ils ont mêlé leurs bois.
Leurs bonds dans les taillis font le bruit de la grêle ;
Ils halètent, ils sont fourbus, leur jarret grêle
Flageole du frisson de leurs prochains abois.

Et cependant, tranquille et sa robe lustrée,
La biche au ventre clair, la bête désirée
Attend ; ses jeunes dents mordent les arbrisseaux ;
Elle écoute passer les souffles et les râles ;
Et, tiède dans le vent, la fauve odeur des mâles
D’un prompt frémissement effleure ses naseaux.

Enfin l’un des deux cerfs, celui que la Nature
Arma trop faiblement pour la lutte future,
S’abat, le ventre ouvert, écumant et sanglant.
L’œil terne, il a léché sa mâchoire brisée ;
Et la mort vient déjà, dans l’aube et la rosée,
Apaiser par degrés son poitrail pantelant.

Douce aux destins nouveaux, son âme végétale
Se disperse aisément dans la forêt natale ;
L’universelle vie accueille ses esprits :
Il redonne à la terre, aux vents aromatiques,
Aux chênes, aux sapins, ses nourriciers antiques,
Aux fontaines, aux fleurs, tout ce qu’il leur a pris.

Telle est la guerre au sein des forêts maternelles.
Qu’elle ne trouble point nos sereines prunelles :
Ce cerf vécut et meurt selon de bonnes lois,
Car son âme confuse et vaguement ravie
A dans les jours de paix goûté la douce vie :
Son âme s’est complu, muette, au sein des bois.

Au sein des bois sacrés, le temps coule limpide,
La peur est ignorée et la mort est rapide ;
Aucun être n’existe ou ne périt en vain.
Et le vainqueur sanglant qui brame à la lumière,
Et que suit désormais la biche douce et fière,
A les reins et le cœur bons pour l’oeuvre divin.

L’Amour, l’Amour puissant, la Volupté féconde,
Voilà le dieu qui crée incessamment le monde,
Le père de la vie et des destins futurs !
C’est par l’Amour fatal, par ses luttes cruelles,
Que l’univers s’anime en des formes plus belles,
S’achève et se connaît en des esprits plus purs.

Publicités
Publié dans Actualité, Automne, Brame du cerf, Nature, Non classé, Photo | Laisser un commentaire

Le rôle des champignons dans les écosystèmes


Bonsoir,

Grâce à la pluie de ces derniers jours, les champignons ont fait leur retour en forêt comme en prairie. dans ma région, ce sont d’abord les Agarics champêtres ( Agaricus campestris )qui sont réapparus en premier et en nombre.
Les champignons trop souvent méconnus jouent cependant un rôle fondamental dans les écosystèmes.
Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à lire ci-après un article de Félicien Corbat publié sur le site http://www.champis.net

Champignons dans les écosystèmes
par FélicienCorbat

D’après la conférence de Régis COURTECUISSE, (Professeur – Département Botanique. Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille, Vice-président de la Société Mycologique de France): Rôle des champignons dans les écosystèmes.
Sans les champignons, pas de vie possible telle que nous la connaissons. Ils sont hétérotrophes (incapacité de se nourrir par leurs propres moyens) contrairement aux plantes qui sont autotrophes (qui se nourrissent par leurs propres moyens). Leur manière de se procurer la nourriture permet de les classer en trois groupes:

Parasitisme
– Les champignons parasites: ils s’attaquent à des êtres vivants entraînant des désagréments, leur dépérissement ou leur mort (ex. Polyporus sulfureus (Polypore soufré), Armillaria mellea (Armillaire couleur de miel)).
Intérêt biologique : participe à la régulation des populations.
Exemples :
– Sur animal : Beauveria sp. Champignon parasite du moustique utilisé dans la lutte contre le paludisme.
– Sur champignon : Nyctalis asterophora sur russules et lactaires. Xerocomus parasiticus sur sclérodermes.
– Sur arbre : rouilles et charbons, Armillaria mellea, Collybia fusca…

Saprotrophie
– Les champignons saprophytes ou saprotrophes: ils jouent un rôle essentiel dans l’écologie des sols forestiers. Ce sont des décomposeurs, leur rôle est de recycler les matières mortes: feuilles, bois, cadavres, etc. Ils permettent ainsi d’éviter un étouffement de l’écosystème par accumulation de déchets végétaux, en renouvelant l’humus (ex. Oudemansiella mucida (Mucidule visqueuse), Agaricus bisporus (Champignon de Paris)). Si beaucoup d’espèces sont capables de dégrader la cellulose du bois (bactéries, champignons, invertébrés du sol, etc.) seul un groupe de champignons supérieurs, en particulier les aphyllophorales (ex. Bjerkandera adusta (Polypore brûlé), Piptoporus betulinus (Polypore du bouleau)) est capable de dégrader la lignine, une macromolécule très complexe.
Champignons lignicoles:
– Pourriture brune (cubique) : dégrade la cellulose et l’hémicellulose (10% feuillus – 80% conifères). Effet sur l’environnement : humus riche en lignine favorable à l’entretien d’une forêt de conifères.
– Pourriture blanche (fibreuse) : majorité des décomposeurs de bois, surtout feuillus.
Champignons humicole: décomposeurs d’humus.
Champignons foliicoles: décomposeurs de feuilles.
Champignons pyrophile: décomposeur de bois brûlé.
Champignons coprophile: décomposeur d’excréments.

Symbiose
– Les champignons mycorhiziens ou symbiotiques: ils vivent en association avec un végétal (ex. un arbre). Le champignon se nourrit de glucose (=sucre) fabriqué par la plante et, en échange, il va favoriser la croissance de l’arbre en lui offrant de l’eau, des sels minéraux ainsi qu’une protection contre les parasites (ex. Cantharellus cibarius (Chanterelle), Boletus edulis (Cèpe de Bordeaux)).
– Champignon et algue: lichen.
– Champignon et plante: mycorhizes.
– Pour le champignon: prélèvement nutrition organique.
– Pour la plante : augmentation des apports en ions potassium et azote, protection de l’hôte (antibiotique, prédation*), sécrétion d’hormone de croissance, vitamines.
Régis Courtecuisse a évoqué le cas de certaines espèces qui protègent l’arbre hôte contre des vers lignivores. Des filaments en forme de véritable lasso piègent les vers !
90% des plantes sont en symbiose avec des champignons. On trouve des applications dans le cadre des exploitations forestières, pépinières…
On observe deux types de symbiose:
– Symbiose ectomycorhizienne : le mycélium reste en contact externe avec les racines. Concerne la majorité des champignons dits supérieurs, Ascomycètes et Basidiomycètes.
– Symbiose endomycorhizienne : Le mycélium pénètre dans les cellules racinaires. Concerne des champignons microscopiques. On la rencontre surtout chez les plantes herbacées et sur quelques espèces ligneuses.
Deux remarques :
Une espèce peut passer d’un type à l’autre. Ex. Piptoporus betulinus (polypore du bouleau) est d’abord un parasite, puis devient décomposeur. Les trois catégories interagissent. Autres rôles des champignons :
Formation primaire des sols. Nourriture pour animaux. Augmentent les capacités germinatives de certaines graines. Ils font partie intégrante de la biodiversité. Exemple anecdotique : les fourmis champignonnières coupent des feuilles, cultivent les champignons décomposeurs de feuilles. Les larves se nourrissent du mycélium.
Problèmes
– Certains champignons régressent, voire disparaissent (voir la liste rouge des champignons en Suisse).
– Le règne fongique est encore peu connu et pas assez pris en compte.

Les menaces
– Pollution atmosphérique et effet de serre.
– Destruction des forêts. En particulier, les forêts tropicales et forêts primaires dont on n’est loin de connaître la biodiversité.
– Fragmentation des habitats (parcellisation des espaces forestiers).
– Agriculture moderne.
– Récoltes excessives.
– Mauvaise gestion des milieux naturels.

Constat:
– Les champignons ne sont pas assez pris en compte dans les études environnementales, écologiques.
Pourquoi ?
– Pousse « capricieuse ».
– Difficultés taxonomiques.
– Inventaire très long à élaborer.
– Les connaît-on suffisamment ? NON !
On ne connaît pas le nombre d’espèces de champignons. En nombre d’espèces, on estime que le règne fongique serait au 2ième rang après celui des insectes… Si on estime le rapport de diversité entre le règne végétal et le règne fongique, il serait de l’ordre de 4 à 9. (i.e. il y aurait de 4 à 9 fois plus d’espèces de champignons que de végétaux !) Estimation du nombre d’espèces de champignons. Dans le monde : estimé à 1,5 million. Environ 100 000 sont connues. En France : estimé à 30 000. Environ 15 000 espèces connues. L’inventaire est en cours.
________________________________________
©https://www.champis.net 2004-2017 – felicien@champis.net

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Rétrospective des photos de 2007 à 2017


Bonjour à Toutes et à Tous

Je viens de placer un nouvel album des photos prises entre 2007 et 2017.

Pour y accéder, cliquez sur le lien « Photos nature » en colonne de droite

Je vous souhaite une agréable (re)découverte.

Marcel

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Programme des balades guidées du second semestre 2017


Bonjour à Toutes et à Tous,

Vous pouvez accéder maintenant au programme des balades du 2ème semestre 2017 en cliquant ci-dessus dans le bandeau noir.

J’espère vous rencontrer nombreux lors de ces balades

A bientôt

Marcel

+32 478 93 34 55

marcel.jerome@gmail.com

Publié dans Balades guidées, Brame du cerf, Flore, Nature, Non classé | Laisser un commentaire

Juin 2017 en Vanoise


Bonjour à Toutes et à Tous,

Profitant d’une semaine creuse dans mes activités, je me suis rendu dans les Alpes afin d’y randonner au départ de Pralognan.

J’en reviens avec plein de beaux paysages dans les yeux et une première belle série de photos que je vous propose de découvrir en cliquant sur le lien en colonne de droite.

Bonne visite !

Marcel

Publié dans Actualité, Flore, Macrophotos, Montagne, Nature, Non classé, Paysages enneigés, Photo | Tagué , , | Laisser un commentaire

Poème d’Anatole France –  » Les CERFS « 


Les cerfs

Aux vapeurs du matin, sous les fauves ramures
Que le vent automnal emplit de longs murmures,
Les rivaux, les deux cerfs luttent dans les halliers :
Depuis l’heure du soir où leur fureur errante
Les entraîna tous deux vers la biche odorante,
Ils se frappent l’un l’autre à grands coups d’andouillers.

Suants, fumants, en feu, quand vint l’aube incertaine,
Tous deux sont allés boire ensemble à la fontaine,
Puis d’un choc plus terrible ils ont mêlé leurs bois.
Leurs bonds dans les taillis font le bruit de la grêle ;
Ils halètent, ils sont fourbus, leur jarret grêle
Flageole du frisson de leurs prochains abois.

Et cependant, tranquille et sa robe lustrée,
La biche au ventre clair, la bête désirée
Attend ; ses jeunes dents mordent les arbrisseaux ;
Elle écoute passer les souffles et les râles ;
Et, tiède dans le vent, la fauve odeur des mâles
D’un prompt frémissement effleure ses naseaux.

Enfin l’un des deux cerfs, celui que la Nature
Arma trop faiblement pour la lutte future,
S’abat, le ventre ouvert, écumant et sanglant.
L’œil terne, il a léché sa mâchoire brisée ;
Et la mort vient déjà, dans l’aube et la rosée,
Apaiser par degrés son poitrail pantelant.

Douce aux destins nouveaux, son âme végétale
Se disperse aisément dans la forêt natale ;
L’universelle vie accueille ses esprits :
Il redonne à la terre, aux vents aromatiques,
Aux chênes, aux sapins, ses nourriciers antiques,
Aux fontaines, aux fleurs, tout ce qu’il leur a pris.

Telle est la guerre au sein des forêts maternelles.
Qu’elle ne trouble point nos sereines prunelles :
Ce cerf vécut et meurt selon de bonnes lois,
Car son âme confuse et vaguement ravie
A dans les jours de paix goûté la douce vie :
Son âme s’est complu, muette, au sein des bois.

Au sein des bois sacrés, le temps coule limpide,
La peur est ignorée et la mort est rapide ;
Aucun être n’existe ou ne périt en vain.
Et le vainqueur sanglant qui brame à la lumière,
Et que suit désormais la biche douce et fière,
A les reins et le cœur bons pour l’oeuvre divin.

L’Amour, l’Amour puissant, la Volupté féconde,
Voilà le dieu qui crée incessamment le monde,
Le père de la vie et des destins futurs !
C’est par l’Amour fatal, par ses luttes cruelles,
Que l’univers s’anime en des formes plus belles,
S’achève et se connaît en des esprits plus purs.

Citation | Publié le par | Laisser un commentaire

ETE 2016


Bonjour à Toutes et à Tous

Après une période peu propice à la balade et à la photo, nous avons enfin eu quelques belles journées ensoleillées.

J’en ai profité pour réaliser beaucoup de clichés dont vous pouvez découvrir une petite partie via le lien se trouvant en colonne de droite.

Cliquez sur  » Photos NATURE » et vous accèderez aux dernières mises en ligne.

Vous pouvez choisir directement l’album et l’ouvrir et ensuite , si vous le désirez, le faire défiler sous forme de diaporama.

L’une de plus belle balade de cet été a eu lieu dans le Parc Naturel des Deux Ourthe et plus particulièrement celui de l’Ourthe orientale.

Je vous la recommande vivement à cette saison. Deux belles balades à faire au départ du petit village de Sterpigny.

Les fonds de vallée où coule la rivière encore toute petite est couverte de fleurs des milieux humides; tandis que du haut des sommets environnants, on découvre des paysages de toute beauté.

Vous pourrez aussi profiter d’un peu de repos au lac de Cherapont où vous pourrez vous restaurer et vous désaltérer et aussi observer biches, cerfs, daims dans un vaste enclos.

Bonne visite !

Marcel

Publié dans Non classé | 2 commentaires